Des théories et des pratiques ludiques : l'éthique et la responsabilité en jeu. Järvinen-Tassopoulos, J. Sociétés, June, 2010.
Des théories et des pratiques ludiques : l'éthique et la responsabilité en jeu [link]Paper  doi  abstract   bibtex   
Les théories classiques définissent le jeu comme une activité complexe ayant une réalité spécifique et bénéficiant d’un temps et d’un espace externes au monde quotidien. Dans la vie sociale, la place du jeu est désignée par la culture, la religion et les valeurs d’une certaine époque. Le risque fait allusion au hasard qui distribue les gains et inflige les pertes d’une manière inégale. Pendant longtemps le jeu a été opposé au travail, car le joueur ne suivait pas les étapes du parcours laborieux du travailleur. L’histoire des jeux de hasard montre que les sociétés différentes et les communautés religieuses ont régulé ou interdit leur pratique. En Occident, l’attitude éthique, qui s’est manifestée sous forme de morale vis-à-vis des joueurs passionnés, a été remplacée par une vision pathologique du joueur compulsif au courant du XXème siècle. L’offre actuelle des jeux d’argent et la médiatisation des pratiques ludiques ont transformé la perception du jeu. La liberté de jouer est toujours contrôlée par les États, mais l’opération des jeux d’argent en ligne dépasse les lois et les frontières. Pour répondre au désir de jouer des individus modernes, mais aussi pour éviter les coûts sociaux, la responsabilité sociale est devenue l’emblème de l’offre et de la régulation des jeux d’argent de nos jours.
@article{jarvinen-tassopoulos_theories_2010,
	title = {Des théories et des pratiques ludiques : l'éthique et la responsabilité en jeu},
	issn = {0765-3697},
	shorttitle = {Des théories et des pratiques ludiques},
	url = {https://www.cairn.info/revue-societes-2010-1-p-15.htm},
	doi = {10.3917/soc.107.0015},
	abstract = {Les théories classiques définissent le jeu comme une activité complexe ayant une réalité spécifique et bénéficiant d’un temps et d’un espace externes au monde quotidien. Dans la vie sociale, la place du jeu est désignée par la culture, la religion et les valeurs d’une certaine époque. Le risque fait allusion au hasard qui distribue les gains et inflige les pertes d’une manière inégale. Pendant longtemps le jeu a été opposé au travail, car le joueur ne suivait pas les étapes du parcours laborieux du travailleur. L’histoire des jeux de hasard montre que les sociétés différentes et les communautés religieuses ont régulé ou interdit leur pratique. En Occident, l’attitude éthique, qui s’est manifestée sous forme de morale vis-à-vis des joueurs passionnés, a été remplacée par une vision pathologique du joueur compulsif au courant du XXème siècle. L’offre actuelle des jeux d’argent et la médiatisation des pratiques ludiques ont transformé la perception du jeu. La liberté de jouer est toujours contrôlée par les États, mais l’opération des jeux d’argent en ligne dépasse les lois et les frontières. Pour répondre au désir de jouer des individus modernes, mais aussi pour éviter les coûts sociaux, la responsabilité sociale est devenue l’emblème de l’offre et de la régulation des jeux d’argent de nos jours.},
	language = {fr},
	number = {107},
	urldate = {2018-06-04},
	journal = {Sociétés},
	author = {Järvinen-Tassopoulos, Johanna},
	month = jun,
	year = {2010},
	keywords = {TYPE-Recherches Histo-Socio-Anthropologique},
	pages = {15--27},
}
Downloads: 0