Négligence spatiale unilatérale : compression de l'espace ou biais de l'attention ?. Bartolomeo, P., Urbanski, M., Chokron, S., Chainay, H., Moroni, C., Siéroff, E., Belin, C., & Halligan, P. Revue Neurologique, 2004.
abstract   bibtex   
On considère souvent la négligence spatiale unilatérale gauche comme résultant d'un biais d'orientation de l'attention vers la droite. Dans les deux dernières décennies, il a cependant été proposé que la négligence puisse résulter d'un endommagement des processus neuronaux sous-tendant une représentation mentale de l'espace. Une version de l'hypothèse représentationnelle prévoit que le côté gauche de la représentation mentale de l'espace est " compressé ". Ainsi, une patiente avec négligence et hémianopsie gauche qui devait identifier parmi des chiffres disposés horizontalement celui correspondant à l'emplacement d'une flèche située plus bas, indiquait systématiquement un chiffre à droite de la cible, comme si une compression de l'espace gauche déplaçait ses réponses vers la droite (Halligan & Marshall, Spatial compression in visual neglect: A case study. Cortex, 27(4), 623-629, 1991). Cependant, une interprétation attentionnelle de ces résultats est également possible. En effet, si l'attention de la patiente était attirée par les chiffres situés à droite, cela aurait pu biaiser ses réponses vers ce côté. Nous avons testé cette suggestion en étudiant des patients négligents avec ou sans hémianopsie gauche, des patients hémianopsiques sans négligence, des patients avec lésion cérébrale droite sans troubles visuels ou cognitifs et des sujets normaux. Ces sujets ont marqué dans la marge horizontale (supérieure ou inférieure) d'une feuille l'endroit indiqué par une flèche partant de la marge opposée sous trois conditions: la marge indiquée par la flèche est (1) vide ; (2) segmentée de petits traits verticaux ; (3) contient des chiffres comme dans l'étude originale de Halligan et Marshall. Si la représentation de l'espace est compressée dans la négligence, les performances des patients négligents ne devraient pas varier d'une condition à l'autre ; si la déviation provient d'un biais attentionnel, les patients devraient dévier plus dans la condition avec les cibles visuelles que dans la condition sans cibles, les cibles de droite constituant des objets perceptifs qui devraient attirer l'attention des patients négligents. Les résultats confirment cette dernière prédiction. Seuls les patients négligents dévient vers la droite, et seulement dans les conditions avec cibles visuelles (traits ou chiffres). La déviation est particulièrement importante chez les patients avec négligence plus hémianopsie, car le déficit de champ visuel réduit ultérieurement le nombre de cibles de gauche susceptibles de participer à la compétition. Nos résultats étayent les modèles de traitement de l'espace qui prennent explicitement en considération les interactions compétitives entre objets dans l'espace.
@article{bartolomeoNegligenceSpatialeUnilaterale2004,
	title = {Négligence spatiale unilatérale : compression de l'espace ou biais de l'attention ?},
	abstract = {On considère souvent la négligence spatiale unilatérale gauche comme résultant d'un biais d'orientation de l'attention vers la droite. Dans les deux dernières décennies, il a cependant été proposé que la négligence puisse résulter d'un endommagement des processus neuronaux sous-tendant une représentation mentale de l'espace. Une version de l'hypothèse représentationnelle prévoit que le côté gauche de la représentation mentale de l'espace est " compressé ". Ainsi, une patiente avec négligence et hémianopsie gauche qui devait identifier parmi des chiffres disposés horizontalement celui correspondant à l'emplacement d'une flèche située plus bas, indiquait systématiquement un chiffre à droite de la cible, comme si une compression de l'espace gauche déplaçait ses réponses vers la droite (Halligan \& Marshall, Spatial compression in visual neglect: A case study. Cortex, 27(4), 623-629, 1991). Cependant, une interprétation attentionnelle de ces résultats est également possible. En effet, si l'attention de la patiente était attirée par les chiffres situés à droite, cela aurait pu biaiser ses réponses vers ce côté. Nous avons testé cette suggestion en étudiant des patients négligents avec ou sans hémianopsie gauche, des patients hémianopsiques sans négligence, des patients avec lésion cérébrale droite sans troubles visuels ou cognitifs et des sujets normaux. Ces sujets ont marqué dans la marge horizontale (supérieure ou inférieure) d'une feuille l'endroit indiqué par une flèche partant de la marge opposée sous trois conditions: la marge indiquée par la flèche est (1) vide ; (2) segmentée de petits traits verticaux ; (3) contient des chiffres comme dans l'étude originale de Halligan et Marshall. Si la représentation de l'espace est compressée dans la négligence, les performances des patients négligents ne devraient pas varier d'une condition à l'autre ; si la déviation provient d'un biais attentionnel, les patients devraient dévier plus dans la condition avec les cibles visuelles que dans la condition sans cibles, les cibles de droite constituant des objets perceptifs qui devraient attirer l'attention des patients négligents. Les résultats confirment cette dernière prédiction. Seuls les patients négligents dévient vers la droite, et seulement dans les conditions avec cibles visuelles (traits ou chiffres). La déviation est particulièrement importante chez les patients avec négligence plus hémianopsie, car le déficit de champ visuel réduit ultérieurement le nombre de cibles de gauche susceptibles de participer à la compétition. Nos résultats étayent les modèles de traitement de l'espace qui prennent explicitement en considération les interactions compétitives entre objets dans l'espace.},
	journal = {Revue Neurologique},
	author = {Bartolomeo, P. and Urbanski, M. and Chokron, S. and Chainay, H. and Moroni, C. and Siéroff, E. and Belin, C. and Halligan, P.},
	year = {2004},
	keywords = {\#nosource, ⛔ No DOI found},
	annote = {ABSTRACT},
}

Downloads: 0