Etat des lieux en France de l’arthroscopie de hanche : fréquence des complications, reprises et conversions de 2008 à 2014 à propos de 3771 patients issus de la base nationale. Disegni, E. Ph.D. Thesis, Université de Lille, Lille, France, 2020.
abstract   bibtex   
Contexte : L’arthroscopie de hanche est une intervention chirurgicale de plus en plus réalisée en France. Les indications sont mieux établies, mais l’évolution des patients est encore mal connue. Aussi, nous avons mené une étude rétrospective dans le but d’étudier le taux de réintervention par arthroscopies et par arthroplasties, et évaluer les complications. Matériel et Méthodes : Nous avons mené une étude de cohorte de janvier 2008 à décembre 2014 dans la population française en réutilisant la base nationale du PMSI. Nous avons inclus les séjours comportant un code d’arthroscopie de hanche et analysé les réadmissions pour arthroplastie de hanche, nouvelle arthroscopie de hanche ou complications. Résultats : Sur une période de 7 ans, 3771 patients ont été inclus. L’âge moyen était de 41 ans, Les femmes étaient significativement plus âgées. Le nombre d’acte est passé de 294 en 2008 à 716 en 2014. A 5 ans, le taux de conversion était de 16,4%, le taux de révision était de de 8,1%, le taux de complication était de 5,3%. Les principaux facteurs de risque de conversion étaient: l’hospitalisation dans un établissement à but non lucratif la présence d’une coxarthrose et la présence d’une chondropathie de hanche hors coxarthrose. Les facteurs protecteurs d’une conversion étaient : les patients avec un âge entre 16 et 40 ans au moment de la première arthroscopie et l’antécédent de chirurgie de hanche. Les principaux facteurs de risque de révision étaient : la présence d’une chondropathie de hanche et la présence d’une pathologie synoviale de hanche. Le facteur de risque de complication était l’âge supérieur à 60 ans. Conclusion : Les taux de révision et de conversion en arthroplastie sont relativement faibles et le taux de morbidité est faible. Cela suggère que l’arthroscopie de hanche peut être efficace en particulier chez les sujets jeunes.
@phdthesis{disegni_etat_2020,
	address = {Lille, France},
	type = {Thèse d'exercice},
	title = {Etat des lieux en {France} de l’arthroscopie de hanche : fréquence des complications, reprises et conversions de 2008 à 2014 à propos de 3771 patients issus de la base nationale},
	shorttitle = {Etat des lieux en {France} de l’arthroscopie de hanche},
	abstract = {Contexte : L’arthroscopie de hanche est une intervention chirurgicale de plus en plus réalisée en France. Les indications sont mieux établies, mais l’évolution des patients est encore mal connue. Aussi, nous avons mené une étude rétrospective dans le but d’étudier le taux de réintervention par arthroscopies et par arthroplasties, et évaluer les complications. Matériel et Méthodes : Nous avons mené une étude de cohorte de janvier 2008 à décembre 2014 dans la population française en réutilisant la base nationale du PMSI. Nous avons inclus les séjours comportant un code d’arthroscopie de hanche et analysé les réadmissions pour arthroplastie de hanche, nouvelle arthroscopie de hanche ou complications. Résultats : Sur une période de 7 ans, 3771 patients ont été inclus. L’âge moyen était de 41 ans, Les femmes étaient significativement plus âgées. Le nombre d’acte est passé de 294 en 2008 à 716 en 2014. A 5 ans, le taux de conversion était de 16,4\%, le taux de révision était de de 8,1\%, le taux de complication était de 5,3\%. Les principaux facteurs de risque de conversion étaient: l’hospitalisation dans un établissement à but non lucratif la présence d’une coxarthrose et la présence d’une chondropathie de hanche hors coxarthrose. Les facteurs protecteurs d’une conversion étaient : les patients avec un âge entre 16 et 40 ans au moment de la première arthroscopie et l’antécédent de chirurgie de hanche. Les principaux facteurs de risque de révision étaient : la présence d’une chondropathie de hanche et la présence d’une pathologie synoviale de hanche. Le facteur de risque de complication était l’âge supérieur à 60 ans. Conclusion : Les taux de révision et de conversion en arthroplastie sont relativement faibles et le taux de morbidité est faible. Cela suggère que l’arthroscopie de hanche peut être efficace en particulier chez les sujets jeunes.},
	school = {Université de Lille},
	author = {Disegni, Elio},
	year = {2020}
}
Downloads: 0