Quel est le risque de complication mécanique de prothèse totale de hanche en cas d’arthrodèse lombo-sacrée préalable ou ultérieure ?: Analyse de la base nationale du PMSI de 2008 à 2014. Douvry, E. Ph.D. Thesis, Université de Lille, Lille, France, 2019.
abstract   bibtex   
Contexte : La présence d’une prothèse totale de hanche (PTH) et d’une arthrodèse vertébrale lombo-sacrée (AVLS) chez un même patient n’est pas rare en raison du « hip-spine syndrome ». L’objectif était donc d’évaluer l’impact de l’AVLS en termes de complications mécaniques de PTH. Matériel et Méthodes : Nous avons utilisé la base nationale du PMSI de 2008 à 2014 pour identifier les patients qui avaient bénéficié d’une arthroplastie totale de hanche seule (groupe PTH seule), ceux qui avaient bénéficié d’une arthroplastie totale de hanche suivie d’une AVLS (groupe PTH-AVLS) et ceux qui avaient bénéficié d’une AVLS suivie d’une arthroplastie totale de hanche (groupe AVLSPTH). Nous avons ensuite analysé ces différents groupes pour évaluer leurs risques respectifs de complication mécanique de PTH et chercher d’autres facteurs de risque de complication mécanique de PTH. Résultats : Nous avons observé un taux de complication mécanique de PTH de 3,58% (IC95% [2,77 ; 4,38]) à 3 mois dans le groupe AVLS-PTH contre 1,75% (IC95% [1,72 ; 1,78]) dans le groupe PTH seule et 1,58% (IC95% [0,95 ; 2,21]) dans le groupe PTH-AVLS. Nous avons observé un taux de complication mécanique de PTH de 8,58% (IC95% [7,10 ; 10,03]) à 3 ans dans le groupe AVLSPTH contre 4,03% (IC95% [3,97 ; 4,08]) dans le groupe PTH seule et 3,47% (IC95% [2,51 ; 4,43]) dans le groupe PTH-AVLS. Nous avons aussi observé d’autres facteurs de risque de complication mécanique de PTH tels qu’un âge inférieur à 80 ans, l’obésité, le diabète, les maladies psychiatriques, respiratoires chroniques et neurologiques motrices, la polyarthrite rhumatoïde et les indications de l’arthroplastie totale de hanche autres que la coxarthrose. Conclusion : Chez les patients susceptibles de bénéficier d’une arthroplastie totale de hanche et d’une AVLS et dans le cas où il est possible de planifier les 2 chirurgies, il semble préférable de réaliser l’arthroplastie totale de hanche avant l’AVLS.
@phdthesis{douvry_quel_2019,
	address = {Lille, France},
	type = {Thèse d'exercice},
	title = {Quel est le risque de complication mécanique de prothèse totale de hanche en cas d’arthrodèse lombo-sacrée préalable ou ultérieure ?: {Analyse} de la base nationale du {PMSI} de 2008 à 2014},
	shorttitle = {Quel est le risque de complication mécanique de prothèse totale de hanche en cas d’arthrodèse lombo-sacrée préalable ou ultérieure ?},
	abstract = {Contexte : La présence d’une prothèse totale de hanche (PTH) et d’une arthrodèse vertébrale lombo-sacrée (AVLS) chez un même patient n’est pas rare en raison du « hip-spine syndrome ». L’objectif était donc d’évaluer l’impact de l’AVLS en termes de complications mécaniques de PTH. Matériel et Méthodes : Nous avons utilisé la base nationale du PMSI de 2008 à 2014 pour identifier les patients qui avaient bénéficié d’une arthroplastie totale de hanche seule (groupe PTH seule), ceux qui avaient bénéficié d’une arthroplastie totale de hanche suivie d’une AVLS (groupe PTH-AVLS) et ceux qui avaient bénéficié d’une AVLS suivie d’une arthroplastie totale de hanche (groupe AVLSPTH). Nous avons ensuite analysé ces différents groupes pour évaluer leurs risques respectifs de complication mécanique de PTH et chercher d’autres facteurs de risque de complication mécanique de PTH. Résultats : Nous avons observé un taux de complication mécanique de PTH de 3,58\% (IC95\% [2,77 ; 4,38]) à 3 mois dans le groupe AVLS-PTH contre 1,75\% (IC95\% [1,72 ; 1,78]) dans le groupe PTH seule et 1,58\% (IC95\% [0,95 ; 2,21]) dans le groupe PTH-AVLS. Nous avons observé un taux de complication mécanique de PTH de 8,58\% (IC95\% [7,10 ; 10,03]) à 3 ans dans le groupe AVLSPTH contre 4,03\% (IC95\% [3,97 ; 4,08]) dans le groupe PTH seule et 3,47\% (IC95\% [2,51 ; 4,43]) dans le groupe PTH-AVLS. Nous avons aussi observé d’autres facteurs de risque de complication mécanique de PTH tels qu’un âge inférieur à 80 ans, l’obésité, le diabète, les maladies psychiatriques, respiratoires chroniques et neurologiques motrices, la polyarthrite rhumatoïde et les indications de l’arthroplastie totale de hanche autres que la coxarthrose. Conclusion : Chez les patients susceptibles de bénéficier d’une arthroplastie totale de hanche et d’une AVLS et dans le cas où il est possible de planifier les 2 chirurgies, il semble préférable de réaliser l’arthroplastie totale de hanche avant l’AVLS.},
	school = {Université de Lille},
	author = {Douvry, Edouard},
	collaborator = {Chazard, Emmanuel},
	year = {2019}
}
Downloads: 0