Interactions entre les Antivitamines K et les Inhibiteurs de la pompe à protons. Dumez, C. Ph.D. Thesis, Université de Lille, 2018-...., France, 2018.
abstract   bibtex   
Contexte : Les Antivitamines K (AVK) et les Inhibiteurs de la pompe à protons (IPP) sont des médicaments utilisés de manière courante en médecine. Les médecins sont alertés des dangers potentiels des antivitamines k et de leurs principales interactions médicamenteuses connues. Différentes études ont été réalisées sur les interactions entre les AVK et les IPP secondairement à des retours pharmacologiques, mais celles-ci sont contradictoires. L’objectif de cette étude est d’étudier en vie réelle l’impact des IPP sur l’activité biologique des AVK. Matériel et Méthodes : Nous avons réalisé une étude de type cohorte historique. La population de l’étude est représentée par la population hospitalisée pendant plus de 2 jours dans l’hôpital de Denain étant traitée par des antivitamines k. Nous avons recherché un effet sur l’anticoagulation dû aux AVK lorsqu’un traitement par IPP était associé. Pour cela nous avons suivi deux groupes, un avec AVK et IPP versus AVK seul et nous avons monitoré l’incidence d’un INR  5 dans chaque groupe. Nous avons effectué un test statistique par méthode du chi 2 puis régression logistique à la recherche de facteurs de confusions. Résultats : 3560 patients ont été étudiés. Il existe une diminution du risque d’une anticoagulation augmentée sous AVK lorsque le patient est également traité par IPP dans cette étude (OR=0.525 IC95% [0.431; 0.64]). Nous avons également retrouvé des variables associées à une modification de l’effet anticoagulant des AVK tel que l’âge (OR=1.13 IC95% [1.03; 1.23]), le sexe masculin (OR=0.766 IC95% [0.632; 0.928]), la dénutrition (OR=1.93 IC95% [1.34; 2.79], l’insuffisance rénale chronique (OR=1.29 IC95% [1; 1.67] et le traitement par héparine (OR=2.03 IC95% [1.09; 3.81]). Conclusion : Cette étude ne met en avant aucun risque d’élévation de l’INR pour les patients traités de façon concomitante par AVK et IPP versus AVK seul. Elle met néanmoins en lumière l’importance de certains facteurs de risque, tel que l’âge, le sexe, la dénutrition, l’administration d’héparine et l’insuffisance rénale.
@phdthesis{dumez_interactions_2018,
	address = {2018-...., France},
	type = {Thèse d'exercice},
	title = {Interactions entre les {Antivitamines} {K} et les {Inhibiteurs} de la pompe à protons},
	abstract = {Contexte : Les Antivitamines K (AVK) et les Inhibiteurs de la pompe à protons (IPP) sont des médicaments utilisés de manière courante en médecine. Les médecins sont alertés des dangers potentiels des antivitamines k et de leurs principales interactions médicamenteuses connues. Différentes études ont été réalisées sur les interactions entre les AVK et les IPP secondairement à des retours pharmacologiques, mais celles-ci sont contradictoires. L’objectif de cette étude est d’étudier en vie réelle l’impact des IPP sur l’activité biologique des AVK. Matériel et Méthodes : Nous avons réalisé une étude de type cohorte historique. La population de l’étude est représentée par la population hospitalisée pendant plus de 2 jours dans l’hôpital de Denain étant traitée par des antivitamines k. Nous avons recherché un effet sur l’anticoagulation dû aux AVK lorsqu’un traitement par IPP était associé. Pour cela nous avons suivi deux groupes, un avec AVK et IPP versus AVK seul et nous avons monitoré l’incidence d’un INR  5 dans chaque groupe. Nous avons effectué un test statistique par méthode du chi 2 puis régression logistique à la recherche de facteurs de confusions. Résultats : 3560 patients ont été étudiés. Il existe une diminution du risque d’une anticoagulation augmentée sous AVK lorsque le patient est également traité par IPP dans cette étude (OR=0.525 IC95\% [0.431; 0.64]). Nous avons également retrouvé des variables associées à une modification de l’effet anticoagulant des AVK tel que l’âge (OR=1.13 IC95\% [1.03; 1.23]), le sexe masculin (OR=0.766 IC95\% [0.632; 0.928]), la dénutrition (OR=1.93 IC95\% [1.34; 2.79], l’insuffisance rénale chronique (OR=1.29 IC95\% [1; 1.67] et le traitement par héparine (OR=2.03 IC95\% [1.09; 3.81]). Conclusion : Cette étude ne met en avant aucun risque d’élévation de l’INR pour les patients traités de façon concomitante par AVK et IPP versus AVK seul. Elle met néanmoins en lumière l’importance de certains facteurs de risque, tel que l’âge, le sexe, la dénutrition, l’administration d’héparine et l’insuffisance rénale.},
	language = {français},
	school = {Université de Lille},
	author = {Dumez, Célia},
	collaborator = {Chazard, Emmanuel},
	year = {2018},
	keywords = {AVK, Anticoagulants -- Dissertation universitaire, Antivitamines K -- Thèses et écrits académiques, INR, IPP, Inhibiteurs de la pompe à protons -- Dissertation universitaire, Inhibiteurs de la pompe à protons -- Thèses et écrits académiques, Interactions médicamenteuses -- Dissertation universitaire, Interactions médicamenteuses -- Thèses et écrits académiques, PPI, VKA, acenocoumarol, antivitamine K, drug-drug interaction, esomeprazole, fluindione, inhibiteur de la pompe à protons, interaction médicamenteuse, lansoprazole, omeprazole, proton pump inhibitors, vitamin K antagonist, warfarine}
}
Downloads: 0