L’urbanisation provoque-t-elle la déforestation en Amazonie ? Innovations territoriales et agricoles dans le nord-ouest amazonien (Brésil). ELOY, L. & LE TOURNEAU, F. Annales de Géographie, 667:204–227, 2009.
L’urbanisation provoque-t-elle la déforestation en Amazonie ? Innovations territoriales et agricoles dans le nord-ouest amazonien (Brésil) [link]Paper  doi  abstract   bibtex   
Les processus d’urbanisation à l’œuvre dans les forêts tropicales sont souvent incompatibles avec le maintien d’agroécosytèmes forestiers diversifiés. Dans les régions situées à l’écart des fronts pionniers, le développement des petites villes remet en question la durabilité des espaces protégés et des agricultures amérindiennes. Ce travail analyse les recompositions territoriales et agricoles liées à l’urbanisation autour de São Gabriel da Cachoeira (Amazonie brésilienne). La ville a connu une croissance rapide durant les vingt dernières années, essentiellement en raison de l’installation de familles provenant des Terres Indigènes du haut Rio Negro. La périphérie de la ville est maintenant dominée par la propriété privée. Malgré cela, la région périurbaine demeure largement couverte de formations forestières denses. Au lieu de passer à des systèmes de culture permanents, la plupart des familles amérindiennes maintiennent l’agriculture sur abattis-brûlis, utilisant la ville comme source de diversification économique. Leurs mobilités circulaires articulent différents lieux de résidence et de production, afin de pallier la rareté croissante des ressources naturelles. Ces innovations territoriales offrent des alternatives pour la durabilité des agricultures d’abattis-brûlis en contexte d’urbanisation.
@article{eloy_lurbanisation_2009,
	series = {Latin {America} / {Caribbean}},
	title = {L’urbanisation provoque-t-elle la déforestation en {Amazonie} ? {Innovations} territoriales et agricoles dans le nord-ouest amazonien ({Brésil})},
	volume = {667},
	url = {https://doi.org/10.3917/ag.667.0204},
	doi = {10.3917/ag.667.0204},
	abstract = {Les processus d’urbanisation à l’œuvre dans les forêts tropicales sont souvent incompatibles avec le maintien d’agroécosytèmes forestiers diversifiés. Dans les régions situées à l’écart des fronts pionniers, le développement des petites villes remet en question la durabilité des espaces protégés et des agricultures amérindiennes. Ce travail analyse les recompositions territoriales et agricoles liées à l’urbanisation autour de São Gabriel da Cachoeira (Amazonie brésilienne). La ville a connu une croissance rapide durant les vingt dernières années, essentiellement en raison de l’installation de familles provenant des Terres Indigènes du haut Rio Negro. La périphérie de la ville est maintenant dominée par la propriété privée. Malgré cela, la région périurbaine demeure largement couverte de formations forestières denses. Au lieu de passer à des systèmes de culture permanents, la plupart des familles amérindiennes maintiennent l’agriculture sur abattis-brûlis, utilisant la ville comme source de diversification économique. Leurs mobilités circulaires articulent différents lieux de résidence et de production, afin de pallier la rareté croissante des ressources naturelles. Ces innovations territoriales offrent des alternatives pour la durabilité des agricultures d’abattis-brûlis en contexte d’urbanisation.},
	language = {fr},
	journal = {Annales de Géographie},
	author = {ELOY, Ludivine and LE TOURNEAU, François-Michel},
	year = {2009},
	keywords = {Language: French, Region: Latin America / Caribbean},
	pages = {204--227},
	file = {ELOY et LE TOURNEAU - 2009 - L’urbanisation provoque-t-elle la déforestation en.pdf:/Users/bastien/Zotero/storage/6T59MKHB/ELOY et LE TOURNEAU - 2009 - L’urbanisation provoque-t-elle la déforestation en.pdf:application/pdf},
}

Downloads: 0