Le monde du travail entre XVIIIe et XIXe siècle : Toulouse et Saragosse, étude comparative. Hanne, G. & Amalric, J. Ph.D. Thesis, s.n., S.I., 2001.
abstract   bibtex   
Toulouse et Saragosse étaient vers 1770 deux métroploes-types d'Ancien Régime qui illustrent un même modèle socio-économique fondé sur la complémentarité entre artisanat et fonctions d'encadrement et de contrôle social. Se détachent le rôle dominant, tant au plan économique que social, de la propriété et de l'exploitation de la terre et la place tenue par les institutions religieuses. L'économie urbaine présentait une structure corporative assez analogue et était marquée par la place, importante mais nullement exclusive, que tenait la parenté dans l'accès aux métiers. L'économie locale était toutefois stimulée à Toulouse par une demande plus forte émanant de catégories sociales intermédiaires plus développées en raison de meilleures conditions naturelles et d'un rôle judiciaire plus important. Un demi-siècle plus tard, l'écart de dynamisme économique entre les deux cités s'est fortement creusé, le secteur productif enregistrant une évolution de sens contraire, qui du côté espagnol n'est pas seulement l'effet de la Guerre d'Indépendance et de la déprise démographique qui en a résulté pour la capitale aragonaise. La dénivellation semble cependant correspondre à un décalage dans le temps, qui dans une certaine mesure renvoie à la persistance de l'emprise matérielle et mentale de l'Eglise et au maintien de la struture corporative en Espagne. On perçoit par ailleurs que la reproduction professionnelle a conservé de son importance dans les deux cas, en dépit de la disparition des corporations en France. Des deux côtés également, les techniques et les formes de production industrielles émergentes n'ont eu semble-t-il qu'une faible part dans les transformations des modalités du travail urbain, marquées à Toulouse par le recul considérable de la place prise par la domesticité et par une très probable multiplication des acteurs économiques de faible envergure en situation d'indépendance formelle et dans les deux villes par une forte progression des activités commerciales
@phdthesis{hanne_monde_2001,
	address = {S.I.},
	title = {Le monde du travail entre {XVIIIe} et {XIXe} siècle : {Toulouse} et {Saragosse}, étude comparative},
	shorttitle = {Le monde du travail entre {XVIIIe} et {XIXe} siècle},
	abstract = {Toulouse et Saragosse étaient vers 1770 deux métroploes-types d'Ancien Régime qui illustrent un même modèle socio-économique fondé sur la complémentarité entre artisanat et fonctions d'encadrement et de contrôle social. Se détachent le rôle dominant, tant au plan économique que social, de la propriété et de l'exploitation de la terre et la place tenue par les institutions religieuses. L'économie urbaine présentait une structure corporative assez analogue et était marquée par la place, importante mais nullement exclusive, que tenait la parenté dans l'accès aux métiers. L'économie locale était toutefois stimulée à Toulouse par une demande plus forte émanant de catégories sociales intermédiaires plus développées en raison de meilleures conditions naturelles et d'un rôle judiciaire plus important. Un demi-siècle plus tard, l'écart de dynamisme économique entre les deux cités s'est fortement creusé, le secteur productif enregistrant une évolution de sens contraire, qui du côté espagnol n'est pas seulement l'effet de la Guerre d'Indépendance et de la déprise démographique qui en a résulté pour la capitale aragonaise. La dénivellation semble cependant correspondre à un décalage dans le temps, qui dans une certaine mesure renvoie à la persistance de l'emprise matérielle et mentale de l'Eglise et au maintien de la struture corporative en Espagne. On perçoit par ailleurs que la reproduction professionnelle a conservé de son importance dans les deux cas, en dépit de la disparition des corporations en France. Des deux côtés également, les techniques et les formes de production industrielles émergentes n'ont eu semble-t-il qu'une faible part dans les transformations des modalités du travail urbain, marquées à Toulouse par le recul considérable de la place prise par la domesticité et par une très probable multiplication des acteurs économiques de faible envergure en situation d'indépendance formelle et dans les deux villes par une forte progression des activités commerciales},
	school = {s.n.},
	author = {Hanne, Georges and Amalric, Jean-Pierre},
	collaborator = {{Université Toulouse 2 Jean Jaurès}},
	year = {2001},
	keywords = {Toulouse}
}
Downloads: 0