Parcours hospitalier des femmes réalisant une IVG en France entre 2008 et 2014 (caractéristiques, lieu, distance parcourue, récurrence). Le Bot, N. Ph.D. Thesis, Université de Lille, 2018-...., France, 2019.
abstract   bibtex   
Contexte : Une meilleure connaissance du parcours de soin des femmes réalisant une interruption volontaire de grossesse (IVG) en France est l’un des objectifs du programme national d’action pour améliorer l’accès à l’IVG de 2015. Méthode : Nous avons mené une étude de cohorte rétrospective de 2008 à 2014 à partir de la base de données nationale hospitalière du programme de médicalisation des systèmes d’information. Nous avons inclus tous les séjours d’IVG. Puis nous avons étudié le risque de récurrence d’IVG et d’accouchement après la première IVG. Le modèle de Cox a été utilisé pour identifier les facteurs de risque de ces 2 événements. Enfin, parmi les femmes ayant eu une IVG suivie d’un accouchement pendant la période de l’étude, nous avons comparé le lieu de domicile et les lieux d’hospitalisations. Résultats : 1 273 393 IVG ont été incluses dont 47,8 % étaient médicamenteuses. L’âge médian était de 26,5 ans. La distance médiane parcourue entre le domicile et l’hôpital est de 9,54 km pour l’IVG. La distance parcourue est plus longue pendant les mois de juillet et août. 17% des patientes font leur IVG dans un département différent de celui de leur résidence. Après une première IVG, 18,9 % des patientes ont fait une récurrence d’IVG à 5 ans et 22,6 % ont accouché à 5 ans. Une admission par les urgences au premier épisode d’IVG augmente le risque de récurrence. Avoir un acte contraceptif lors de la première IVG (pose d’implant ou de dispositif intra utérin), une prise en charge dans un hôpital à but non lucratif et une IVG chirurgicale diminuent le risque de récurrence. Les facteurs qui augmentent le risque d’accouchement après une IVG sont : les difficultés sociales, l’obésité et la grande multiparité. Le risque d’accouchement est diminué en cas d’acte contraceptif lors de la première IVG. Chez les femmes ayant eu une IVG puis un accouchement, seules 41,2 % vont dans le même hôpital pour les deux actes. Il n’y a pas de différence notable concernant la distance parcourue entre le domicile et l’hôpital pour l’IVG et l’accouchement. Conclusion : Les femmes françaises font en majorité leur IVG et leur accouchement dans des hôpitaux différents. La distance parcourue entre l’hôpital et le domicile pour les deux actes est sensiblement la même.
@phdthesis{le_bot_parcours_2019,
	address = {2018-...., France},
	type = {Thèse d'exercice},
	title = {Parcours hospitalier des femmes réalisant une {IVG} en {France} entre 2008 et 2014 (caractéristiques, lieu, distance parcourue, récurrence)},
	abstract = {Contexte : Une meilleure connaissance du parcours de soin des femmes réalisant une interruption volontaire de grossesse (IVG) en France est l’un des objectifs du programme national d’action pour améliorer l’accès à l’IVG de 2015. Méthode : Nous avons mené une étude de cohorte rétrospective de 2008 à 2014 à partir de la base de données nationale hospitalière du programme de médicalisation des systèmes d’information. Nous avons inclus tous les séjours d’IVG. Puis nous avons étudié le risque de récurrence d’IVG et d’accouchement après la première IVG. Le modèle de Cox a été utilisé pour identifier les facteurs de risque de ces 2 événements. Enfin, parmi les femmes ayant eu une IVG suivie d’un accouchement pendant la période de l’étude, nous avons comparé le lieu de domicile et les lieux d’hospitalisations. Résultats : 1 273 393 IVG ont été incluses dont 47,8 \% étaient médicamenteuses. L’âge médian était de 26,5 ans. La distance médiane parcourue entre le domicile et l’hôpital est de 9,54 km pour l’IVG. La distance parcourue est plus longue pendant les mois de juillet et août. 17\% des patientes font leur IVG dans un département différent de celui de leur résidence. Après une première IVG, 18,9 \% des patientes ont fait une récurrence d’IVG à 5 ans et 22,6 \% ont accouché à 5 ans. Une admission par les urgences au premier épisode d’IVG augmente le risque de récurrence. Avoir un acte contraceptif lors de la première IVG (pose d’implant ou de dispositif intra utérin), une prise en charge dans un hôpital à but non lucratif et une IVG chirurgicale diminuent le risque de récurrence. Les facteurs qui augmentent le risque d’accouchement après une IVG sont : les difficultés sociales, l’obésité et la grande multiparité. Le risque d’accouchement est diminué en cas d’acte contraceptif lors de la première IVG. Chez les femmes ayant eu une IVG puis un accouchement, seules 41,2 \% vont dans le même hôpital pour les deux actes. Il n’y a pas de différence notable concernant la distance parcourue entre le domicile et l’hôpital pour l’IVG et l’accouchement. Conclusion : Les femmes françaises font en majorité leur IVG et leur accouchement dans des hôpitaux différents. La distance parcourue entre l’hôpital et le domicile pour les deux actes est sensiblement la même.},
	language = {français},
	school = {Université de Lille},
	author = {Le Bot, Natacha},
	collaborator = {Chazard, Emmanuel},
	year = {2019},
	keywords = {Avortement -- Thèses et écrits académiques, Hospitalisation -- Dissertation universitaire, IVG, Interruption légale de grossesse -- Dissertation universitaire, PMSI, Parcours de soins coordonnés -- Thèses et écrits académiques, Programme de médicalisation des systèmes d'information -- Thèses et écrits académiques, accouchement, distance, domicile, facteur de risque, interruption volontaire de grossesse, lieu d’hospitalisation, parcours de soin, Études de cohortes -- Dissertation universitaire}
}
Downloads: 0