East-West Asymmetry in Coastal Temperatures of Hudson Bay as a Proxy for Sea Ice. McGovern, P. G. and Gough, W. A. Arctic, 68(4):445–452, 2015.
East-West Asymmetry in Coastal Temperatures of Hudson Bay as a Proxy for Sea Ice [link]Paper  doi  abstract   bibtex   
[Hudson Bay experiences a complete cryogenic cycle, which has been well documented since 1971. We developed a temperature proxy method to extend the sea ice record back to 1944, using mean temperatures for Churchill and Inukjuak and the difference between these means at two different seasonal periods. This method proved to reproduce the 1971 to 2011 ice-free season length record with an error just over eight days (6%). This relationship was used to hindcast ice-free season length to 1944. This hindcast was subsequently appended to the existing 1971-2011 record to form a 68-year sea ice record. This extended record shows that the recent statistically significant increase in length of the ice-free season was not the result of a natural oscillation of less than 68 years and is consistent with a net warming due to increasing greenhouse gases. La baie d'Hudson connaît un cycle cryogénique complet, et celui-ci est bien répertorié depuis 1971. Nous avons élaboré une méthode d'obtention de données indirectes des températures afin d'étendre les données des températures jusqu'à 1944, en nous servant des températures moyennes pour Churchill et Inukjuak et de la différence entre ces moyennes à deux périodes saisonnières différentes. Cette méthode avait pour but de reproduire le registre des durées de saisons sans glace de 1971 à 2011, avec une marge d'erreur d'un peu plus de huit jours (6 %). Cette méthode a permis de faire la simulation rétrospective de la durée des saisons sans glace jusqu'en 1944. Par la suite, la simulation rétrospective a été appliquée au registre actuel de 1971-2011, ce qui a donné lieu à un registre sur la glace de mer réparti sur 68 années. Ce registre prolongé a permis de démontrer que la récente augmentation statistiquement différente en matière de durée de la saison sans glace ne découlerait pas d'une oscillation naturelle de moins de 68 ans, et qu'elle correspond à un réchauffement net attribuable à l'augmentation des gaz à effet de serre.]
@article{mcgovern_east-west_2015,
	title = {East-{West} {Asymmetry} in {Coastal} {Temperatures} of {Hudson} {Bay} as a {Proxy} for {Sea} {Ice}},
	volume = {68},
	issn = {0004-0843},
	url = {https://www.jstor.org/stable/43871360},
	doi = {10/f76nr9},
	abstract = {[Hudson Bay experiences a complete cryogenic cycle, which has been well documented since 1971. We developed a temperature proxy method to extend the sea ice record back to 1944, using mean temperatures for Churchill and Inukjuak and the difference between these means at two different seasonal periods. This method proved to reproduce the 1971 to 2011 ice-free season length record with an error just over eight days (6\%). This relationship was used to hindcast ice-free season length to 1944. This hindcast was subsequently appended to the existing 1971-2011 record to form a 68-year sea ice record. This extended record shows that the recent statistically significant increase in length of the ice-free season was not the result of a natural oscillation of less than 68 years and is consistent with a net warming due to increasing greenhouse gases. La baie d'Hudson connaît un cycle cryogénique complet, et celui-ci est bien répertorié depuis 1971. Nous avons élaboré une méthode d'obtention de données indirectes des températures afin d'étendre les données des températures jusqu'à 1944, en nous servant des températures moyennes pour Churchill et Inukjuak et de la différence entre ces moyennes à deux périodes saisonnières différentes. Cette méthode avait pour but de reproduire le registre des durées de saisons sans glace de 1971 à 2011, avec une marge d'erreur d'un peu plus de huit jours (6 \%). Cette méthode a permis de faire la simulation rétrospective de la durée des saisons sans glace jusqu'en 1944. Par la suite, la simulation rétrospective a été appliquée au registre actuel de 1971-2011, ce qui a donné lieu à un registre sur la glace de mer réparti sur 68 années. Ce registre prolongé a permis de démontrer que la récente augmentation statistiquement différente en matière de durée de la saison sans glace ne découlerait pas d'une oscillation naturelle de moins de 68 ans, et qu'elle correspond à un réchauffement net attribuable à l'augmentation des gaz à effet de serre.]},
	number = {4},
	urldate = {2018-11-30},
	journal = {Arctic},
	author = {McGovern, Peter G. and Gough, William A.},
	year = {2015},
	pages = {445--452},
}
Downloads: 0