Les “régions carrefours” du moyen nord comme laboratoires interculturels de nordicité. RIVARD, E., DESBIENS, C., BASILE, S., & GUIMOND, L. Recherches sociographiques, 58(2):337–361, 2017.
Les “régions carrefours” du moyen nord comme laboratoires interculturels de nordicité [link]Paper  doi  abstract   bibtex   
Contrairement à ce que peut laisser supposer la définition du Plan Nord, la limite entre l’espace nordique et le Québec laurentien ou méridional n’a rien d’une ligne continue et invariable. Fruit d’un ensemble de critères physiques et humains connexes, cette limite tient davantage de la zone de transition dynamique que de la ligne frontière. Plusieurs régions du Québec, qu’on connaît généralement sous les vocables de « régions périphériques » ou « régions ressources », se trouvent, du moins en partie, à l’intérieur de cette zone. À notre avis, elles sont des « régions carrefours » pouvant assurer un lien concret entre le Nord et l’axe laurentien et qui permettent de mieux comprendre la place du Nord dans l’ensemble québécois et ainsi, de redéfinir la nordicité (ou le caractère nordique) de la province. L’objectif principal de cet article est de vérifier la pertinence de cette hypothèse. En prenant appui sur des entretiens semi dirigés auprès d’acteurs régionaux allochtones – enquêtes qui visaient à mesurer la place des populations autochtones dans les stratégies de développement et de partenariat au Saguenay-Lac-Saint-Jean et en Abitibi-Témiscamingue –, nous proposons d’établir une esquisse critique des relations interethniques dans ces deux régions.
@article{rivard_les_2017,
	series = {North {America}},
	title = {Les “régions carrefours” du moyen nord comme laboratoires interculturels de nordicité},
	volume = {58},
	url = {https://doi.org/10.7202/1042166ar},
	doi = {10.7202/1042166ar},
	abstract = {Contrairement à ce que peut laisser supposer la définition du Plan Nord, la limite entre l’espace nordique et le Québec laurentien ou méridional n’a rien d’une ligne continue et invariable. Fruit d’un ensemble de critères physiques et humains connexes, cette limite tient davantage de la zone de transition dynamique que de la ligne frontière. Plusieurs régions du Québec, qu’on connaît généralement sous les vocables de « régions périphériques » ou « régions ressources », se trouvent, du moins en partie, à l’intérieur de cette zone. À notre avis, elles sont des « régions carrefours » pouvant assurer un lien concret entre le Nord et l’axe laurentien et qui permettent de mieux comprendre la place du Nord dans l’ensemble québécois et ainsi, de redéfinir la nordicité (ou le caractère nordique) de la province. L’objectif principal de cet article est de vérifier la pertinence de cette hypothèse. En prenant appui sur des entretiens semi dirigés auprès d’acteurs régionaux allochtones – enquêtes qui visaient à mesurer la place des populations autochtones dans les stratégies de développement et de partenariat au Saguenay-Lac-Saint-Jean et en Abitibi-Témiscamingue –, nous proposons d’établir une esquisse critique des relations interethniques dans ces deux régions.},
	language = {fr},
	number = {2},
	journal = {Recherches sociographiques},
	author = {RIVARD, Etienne and DESBIENS, Caroline and BASILE, Suzy and GUIMOND, Laurie},
	year = {2017},
	keywords = {Region: North America, Language: French},
	pages = {337--361},
	file = {RIVARD et al. - 2017 - Les “régions carrefours” du moyen nord comme labor.pdf:/Users/bastien/Zotero/storage/Y2WNYXWZ/RIVARD et al. - 2017 - Les “régions carrefours” du moyen nord comme labor.pdf:application/pdf},
}

Downloads: 0