Potentialisation de l’effet des antivitamines K par les statines. Simon, A. Ph.D. Thesis, Université de Lille, 2018-...., France, 2019.
abstract   bibtex   
Contexte : La co-administration d’antivitamines K (AVK) et de statines est fréquente chez les patients atteints de pathologies cardio-vasculaires. Les AVK et certaines statines sont fortement liés aux protéines plasmatiques et métabolisés par le système du cytochrome P450. Les patients sous AVK présentent un risque de complications hémorragiques lorsque l’INR dépasse les limites de l’index thérapeutique. Certaines études de la littérature retrouvent une interaction entre les AVK et les statines. L’objectif de cette étude est de contribuer à améliorer la sécurité de l’utilisation des AVK chez les patients également traités par statines. Pour atteindre cet objectif, nous avons étudié en vie réelle la survenue d’incidents d’anticoagulation par AVK et leur lien avec la prise de statines. Matériel et Méthodes : Il s’agit d’une cohorte rétrospective observationnelle par utilisation de données collectées pour les soins de routine des patients hospitalisés de l’hôpital de Denain (Nord de la France) entre 2007 et 2014. Etaient inclus les séjours des patients ayant au moins une administration d'AVK et une hospitalisation de deux jours ou plus. Les séjours sans aucune mesure d'INR ni aucun AVK réellement pris par les patients ont été exclus. Au total, nous avons inclus 3394 séjours parmi les 109865. Une régression logistique multivariée a été utilisée pour analyser le risque d’INR5 dans notre population. Résultats : Parmi les 3394 patients inclus, l’âge médian était de 78,0 ans, 945 patients ont reçu une statine et 107 patients ont été exposé à une statine avec un INR≥5. Les covariables suivantes étaient des facteurs de protection (OR ajusté et 95CI) : administration de statines (0,49 [0,38; 0,61]), administration d'héparine (0,61 [0,49; 0,75]) et de sexe masculin (0,72 [0,59; 0,88]). Les covariables suivantes étaient des facteurs de risque : malnutrition sévère (1,73 [1,34; 2,23]), cancer (1,35 [0,99; 1,84]), augmentation de l'âge (1,12 [1,03; 1,22] tous les 10 ans, avec un effet linéaire) et augmentation de la durée de séjour (1,07 [1,06; 1,08] par jour). Conclusion : L'administration de statines n'a pas été associée à un risque accru d'élévation de l'INR sous AVK. Cependant, cette étude démontre la grande importance des facteurs de confusion, notamment la dénutrition sévère.
@phdthesis{simon_potentialisation_2019,
	address = {2018-...., France},
	type = {Thèse d'exercice},
	title = {Potentialisation de l’effet des antivitamines {K} par les statines},
	abstract = {Contexte : La co-administration d’antivitamines K (AVK) et de statines est fréquente chez les patients atteints de pathologies cardio-vasculaires. Les AVK et certaines statines sont fortement liés aux protéines plasmatiques et métabolisés par le système du cytochrome P450. Les patients sous AVK présentent un risque de complications hémorragiques lorsque l’INR dépasse les limites de l’index thérapeutique. Certaines études de la littérature retrouvent une interaction entre les AVK et les statines. L’objectif de cette étude est de contribuer à améliorer la sécurité de l’utilisation des AVK chez les patients également traités par statines. Pour atteindre cet objectif, nous avons étudié en vie réelle la survenue d’incidents d’anticoagulation par AVK et leur lien avec la prise de statines. Matériel et Méthodes : Il s’agit d’une cohorte rétrospective observationnelle par utilisation de données collectées pour les soins de routine des patients hospitalisés de l’hôpital de Denain (Nord de la France) entre 2007 et 2014. Etaient inclus les séjours des patients ayant au moins une administration d'AVK et une hospitalisation de deux jours ou plus. Les séjours sans aucune mesure d'INR ni aucun AVK réellement pris par les patients ont été exclus. Au total, nous avons inclus 3394 séjours parmi les 109865. Une régression logistique multivariée a été utilisée pour analyser le risque d’INR5 dans notre population. Résultats : Parmi les 3394 patients inclus, l’âge médian était de 78,0 ans, 945 patients ont reçu une statine et 107 patients ont été exposé à une statine avec un INR≥5. Les covariables suivantes étaient des facteurs de protection (OR ajusté et 95CI) : administration de statines (0,49 [0,38; 0,61]), administration d'héparine (0,61 [0,49; 0,75]) et de sexe masculin (0,72 [0,59; 0,88]). Les covariables suivantes étaient des facteurs de risque : malnutrition sévère (1,73 [1,34; 2,23]), cancer (1,35 [0,99; 1,84]), augmentation de l'âge (1,12 [1,03; 1,22] tous les 10 ans, avec un effet linéaire) et augmentation de la durée de séjour (1,07 [1,06; 1,08] par jour). Conclusion : L'administration de statines n'a pas été associée à un risque accru d'élévation de l'INR sous AVK. Cependant, cette étude démontre la grande importance des facteurs de confusion, notamment la dénutrition sévère.},
	language = {français},
	school = {Université de Lille},
	author = {Simon, Alice},
	collaborator = {Chazard, Emmanuel},
	year = {2019},
	keywords = {AVK, Antivitamines K, Inhibiteurs de l'hydroxyméthylglutaryl-CoA réductase -- Dissertation universitaire, Interactions médicamenteuses, Interactions médicamenteuses -- Dissertation universitaire, Statines, VKA, Vitamine K -- antagonistes et inhibiteurs -- Dissertation universitaire, drug-drug interaction, interaction médicamenteuse, statines, statins}
}
Downloads: 0